Concours « Miss Sciences »-« Miss Math » 2017 : Anta Ndiongue de Saint-Louis et Diarry Sow de Diourbel couronnées

Donald Trump a tenu un premier discours de président convenu, dans la nuit de mardi à mercredi.@ Saul LOEB/AFP
Climat: Trump quitte l’accord de Paris, déception à travers le monde
1 juin 2017
Macron_au_mali
Plusieurs soldats français blessés au Mali
1 juin 2017

Concours « Miss Sciences »-« Miss Math » 2017 : Anta Ndiongue de Saint-Louis et Diarry Sow de Diourbel couronnées

miss_maths

La finale nationale de l’édition 2017 du concours « Miss Maths »/« Miss Sciences » a donné ses résultats. Anta Ndiongue de Saint-Louis et Diarry Sow de Diourbel ont été ainsi couronnées. Elles ont reçu leurs prix des mains du ministre de l’Education nationale.

Le Théâtre national Daniel Sorano a abrité la cérémonie de remise des prix aux lauréates de l’édition 2017 du concours « Miss Mathématiques »/« Miss Sciences ». Le public, composé de parents, d’enseignants, d’élèves, d’autorités éducatives et de partenaires de l’éducation, est venu nombreux assister à cette fête dédiée à l’élégance intellectuelle. Les 16 « Miss » et leurs dauphines, soit un total de 32 lauréates, ont effectué le déplacement sur Dakar pour recevoir leurs récompenses et surtout pour être présentées en modèles à leurs camarades.

Pour cette 6ème édition, la couronne de « Miss Mathématiques » a été remportée par Anta Ndiongue, élève en classe de 4ème aux Cours privés Amadou Sow Ndiaye de l’Académie de Saint-Louis. Teint clair, taille 1,30 m, cette Saint-Louisienne, comblée par son sacre, a remercié ses enseignants et ses parents. La petite Anta rêve de devenir médecin. Elle a pour première dauphine Fatou Ndoye de la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée.

Pour « Miss Sciences », la couronne est allée à Diarry Sow, élève en classe de Seconde S au lycée scientifique d’excellence de Diourbel. La représentante du Baol, émue par sa distinction, compte persévérer dans les études scientifiques jusqu’à l’université.

Sa première dauphine, Alimatou Tall, vient du lycée Khar Kane de Gossas. Fille d’un scientifique aguerri, la petite Alimatou entend marcher sur les pas de son papa pour aller explorer plusieurs domaines de la science.

Un mythe brisé
Cette année, le concours « Miss Sciences »/« Miss Mathématiques » a eu comme marraine l’Inspectrice générale de l’éducation et de la formation, Faguèye Ndiaye Sylla, docteur en Mathématiques appliquées.

Dans son allocution, la marraine s’est félicitée des performances des élèves. Elle a également invité les lauréates à persévérer pour faire partie de l’élite scientifique du pays. Selon Mme Sylla, cette initiative démontre bien que le mythe de l’inaccessibilité des matières scientifiques est maintenant brisé. Elle a ensuite offert des ordinateurs portables et des enveloppes aux lauréates.

Son geste sera suivi par la Fondation Sonatel, partenaire de l’Education, qui à offert au comité d’organisation cinq millions de FCfa et doté toutes les « Miss » finalistes de toges. L’administratrice de la Fondation Sonatel s’est aussi engagée à octroyer des bourses scolaires aux 16 « Miss » jusqu’en classe de Terminale.

Selon Khady Sow Ndiaye, initiatrice du concours, cet évènement, inscrit dans l’agenda du ministère de l’Education nationale, vise à valoriser la beauté intellectuelle. A l’en croire, cette dernière, plus pérenne, permet de participer au développement du pays.

Pour le ministre de l’Education nationale, ce concours intègre les onze décisions du chef de l’Etat, précisément la décision n°1 qui parle de la réorientation du système éducatif vers les sciences, les mathématiques, la technologie, le développement durable et le numérique. Serigne Mbaye Thiam a estimé que des initiatives de ce genre sont à perpétuer. Il a aussi félicité tous les partenaires, notamment Plan international et la Fondation Sonatel.Le ministre a, en outre, proposé de transformer le concept « Miss maths »/« Miss sciences » en «Linguère des Sciences » et « Linguère des Mathématiques ».

P. C. NGOME

Source : Le Soleil