La Banque mondiale prévoit 2,9% de croissance moyenne pour les économies de l’Afrique subsaharienne en 2017

oxfam_ecofin
Les 8 personnes plus riches que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, selon Oxfam
17 janvier 2017
Les Léopards de la RDC au Centre de Mbankomo (Cameroun). Photo FECOFA
CAN 2017: une RD Congo réaliste surprend le Maroc
17 janvier 2017

La Banque mondiale prévoit 2,9% de croissance moyenne pour les économies de l’Afrique subsaharienne en 2017

Siège de la Banque mondiale à Washington

Siège de la Banque mondiale à Washington

La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait enregistrer une légère hausse de 2,9% en 2017 alors que la région continuera à s’adapter à la baisse des prix des produits de base. C’est ce qu’a annoncé le rapport de janvier 2017 sur les perspectives économiques mondiales, publié par la Banque mondiale.

Selon le rapport, la plus grande économie d’Afrique de l’Ouest, le Nigeria, devrait rebondir de sa récession et croître à un rythme d’environ 1% tandis que l’économie angolaise devrait connaitre une hausse de 1,2%.

En outre, la croissance de l’Afrique du Sud et des exportateurs de pétrole devrait être plus faible, alors que la croissance des économies qui ne sont pas riches en ressources naturelles restera robuste. Ainsi, la croissance de l’Afrique du Sud n’atteindra que 1,1% cette année.

Le rapport de l’institution présidée par le coréen Jim Yong Kim, analyse également l’affaiblissement de la croissance de l’investissement sur les marchés émergents, en particulier sur le continent africain et les économies en développement dans le monde.

A cet effet, il indique que le ralentissement de la croissance de l’investissement est en partie une correction des niveaux élevés avant la crise que la plupart des économies ont connus en 2016.

Mais, cette baisse reflète également les obstacles auxquels les économies émergentes et en développement ont dû faire face, notamment le faible prix du pétrole (pour les exportateurs de pétrole), le ralentissement de l’investissement étranger direct (pour les importateurs de produits de base) et, plus largement, le fardeau de la dette privée et le risque politique.