Le nouvel iPad Pro est-il celui qui nous permettra de nous passer totalement d’ordinateur portable ?

Vue aérienne de Libreville (Photo d'illustration).
© Photo by liewig christian/Corbis via Getty Images
Gabon: plusieurs chaînes de télévision attaquées par des hommes armés
17 juin 2017
teodorin-obiang
Procès de Teodorin Obiang à Paris : la croisière ne s’amuse plus
18 juin 2017

Le nouvel iPad Pro est-il celui qui nous permettra de nous passer totalement d’ordinateur portable ?

apple

Atlantico : Le nouvel iPad d’Apple est doté de caractéristiques techniques améliorées. Il dispose d’une puissante puce A10X et le système d’exploitation sera intégralement revu avec iOS 11. Est-ce que le nouvel iPad peut devenir un seul ordinateur portable à lui tout seul ?

Gilles Dounès : Dès son lancement en 2010, l’iPad avait été pensé en tant que  » successeur  » de l’ordinateur personnel tel qu’on le connaît depuis 30 ans, du moins pour la plupart des usages du quotidien, et Steve Jobs avait même théorisé une  » ère post-PC  » lors de sa présentation. De fait, la distribution induite par cette première génération de tablettes réellement utilisables d’une part a accéléré le déclin de l’ordinateur traditionnel, portable en particulier, en poussant jusqu’au bout la problématique du  » client léger  » amorcée quelques trimestres plus tôt avec le  » netbook « .

D’autre part, il a forcé celui-ci à évoluer en favorisant l’émergence d’un nouveau segment de portable à écran détachable, censé réconcilier le meilleur des deux mondes. Mais, dès l’origine, l’iPad était livré avec la suite  » iWork  » qui le destinait à la production de contenus, au-delà de la simple consultation en ligne de photos, vidéos, sites ou courriers électroniques.

Au fur et à mesure de la montée en puissance de sa puce interne et de ses capacités d’affichage, mais également en fonction de la demande et sous la pression de la concurrence des  versions successives de la Surface de Microsoft, l’iPad s’est davantage tourné vers le marché professionnel, avec en particulier la sortie du premier modèle labellé  » pro  » et le partenariat noué avec IBM, pour la partie des services mis à disposition par les entreprises à destination de leurs employés, à travers leurs applications  » métier « .

L’iPad, ou plutôt les différents modèles d’iPad, remplissent donc à présent – mais c’est également le cas de la Surface – la plupart des usages que l’on pouvait il y a 10 ans demander à un ordinateur : reste à savoir pour quel public  » familial « , professionnel, enseignant) et dans quelle situation.

Quelles sont les innovations proposées par Apple pour rendre sa tablette toujours plus performante ? En quoi ces évolutions la rendent plus efficace qu’un ordinateur portable ?

Le nouveau modèle 10,5 pouces présenté le 5 juin dernier s’inscrit dans cette dynamique (puce dernier cri de même génération que l’iPhone, taux de rafraîchissement de l’écran à 120 MHz qui révolutionne l’interaction avec l’Apple Pencil), mais c’est surtout au niveau des nouveautés annoncées pour iOS 11 et les interactions avec les services dans le nuage qu’Apple réussit à se différencier.

Alors qu’avec l’ordinateur on en reste avec une interface utilisateur qui passe soit par la souris, soit par le trackpad qui date tous les deux au minimum de 20 ans, avec l’iPad pro qui vient d’être présenté et les progrès induits par iOS 11, les interactions avec la tablette sont en passe de devenir beaucoup plus naturelles et intuitives encore avec la montée en puissance de Siri, et la reconnaissance d’écriture, ce qui est nouveau sur l’iPad même s’il s’agit d’une vieille connaissance pour les utilisateurs historiques d’Apple.

Source : Atlantico