E-Commerce : Concurrent de Jumia, Afrimarket contraint à la fermeture

Burkina Faso : deux attaques font au moins 29 morts
9 septembre 2019

E-Commerce : Concurrent de Jumia, Afrimarket contraint à la fermeture

Par Ange Atangana
Publié le 15 septembre 2019 à 20:17 | mis à jour le 15 septembre 2019 à 20:17

Présentée jusqu’alors comme un sérieux concurrent de Jumia, la Française Afrimarket va devoir arrêter ses activités. L’entreprise de commerce en ligne basée à Paris traverse une sévère crise.

Afrimarket baisse les bras face à Jumia.

Le marché du e-commerce africain s’apprête à perdre un de ses acteurs majeurs. Présent dans cinq pays du continent, Afrimarket va cesser ses activités.

L’entreprise spécialisée dans la vente en ligne vient de demander son placement en mise en liquidation judicaire auprès du tribunal de commerce de Paris. Afrimarket fait face à une crise financière et n’a pas réussi à lever des fonds pour poursuivre ses activités. La start-up lancée en 2013 par la Marocaine Rania Belkahia avait besoin de 20 millions d’euros, soit 13,1 milliards de francs CFA.

Afrimarket n’aura tenu tête à Jumia que pendant six ans. Basée à Lagos, cette entreprise est aujourd’hui le leader du e-commerce en Afrique avec ses quatre millions de clients repartis dans quatorze pays africains. Elle est d’ailleurs la seule start-up africaine cotée à la Bourse de New-York. Son rival basé à Paris lui ne comptait que 500 000 clients et n’opérait jusqu’alors que dans cinq pays (Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali et Sénégal).

La fermeture prochaine d’Afrimarket montre les difficultés de financements qu’éprouvent les porteurs de projet dans ce secteur en Afrique. Bien que leader de l’e-commerce, Jumia vient d’enregistrer de grosses pertes au deuxième trimestre de l’année. « Nous avions tous conscience que ce marché de l’e-commerce en Afrique requiert beaucoup de capitaux et il aurait fallu dix fois plus pour y arriver », avouait récemment Rania Belkahia. Avec cette fermeture, ce sont 250 salariés qui se retrouvent sans emploi.

Source : Afrique sur 7