Nigeria : la Commission des crimes économiques met la main sur 43 millions de dollars

manif_afrique_du_sud
Manifestations en Afrique du Sud pour le départ de Jacob Zuma
8 avril 2017
medina_gounass
Violent incendie au « Daaka » de Madina-Gounass : Une vingtaine de morts et d’importants dégâts matériels…
13 avril 2017

Nigeria : la Commission des crimes économiques met la main sur 43 millions de dollars

dollars

Nouvelle saisie d’envergure pour la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC, acronyme en anglais) du Nigeria. Elle a annoncé ce jeudi avoir mis la main sur environ 43 millions de dollars en différentes devises étrangères – des dollars US, de la livre sterling et des naira.

La colossale somme d’argent était disséminée dans un appartement de Lagos. Une fois sur place, les agents de la EFCC ont trouvé la porte d’entrée verouillée mais ont pu entrer en contact avec les gardiens de la demeure. Ces derniers confieront que personne ne réside dans la bâtisse mais certains personnes y viennent de temps à autre. Les propriétaires du butin avait pris soin de le ranger soigneusement derrière une panderie.

Une stratégie de récompense payante

En l’espace de quelques mois, la Commission des crimes économiques et financiers a multiplié les prises spectaculaires. En début de semaine, cette “police” spéciale interceptait une énorme somme d’argent dans le marché populaire de Balogun à Lagos.

Bien avant, l’institution annonçait en février avoir mis la main sur près de 10 millions de dollars appartenant à l’ancien chef de la société pétrolière du Nigeria.

Pour beaucoup, l’EFCC doit ces performances à la politique de récompense promue par le gouvernement du président Muhammadu Buhari. Ce dernier a notamment promis de donner un pourcentage à toute personne qui aiderait à récupérer des fonds publics pillés.

Arrivé au pouvoir en 2015, le président Buhari a fait la promesse de rétablir la sécurité avec du reste un point d’orgue dans la lutte contre Boko Haram; puis de relancer l‘économie en insistant sur la lutte contre la corruption.

Bon nombres d’anciens fonctionnaires sont aujourd’hui détenus ou sous le coup d’enquête pour corruption, mais pour l’opposition, ces arrestations ne sont rien d’autre qu’une “chasse aux sorcières”.

Carole Kouassi

Source : Africa News