Pétrole et gaz : La Banque mondiale accorde près de 17 milliards de FCfa au Sénégal

enfants-televisions-publicites-lois-polemiques-sante-francesoir_field_mise_en_avant_principale
Les experts sonnent l’alerte sur le danger des écrans pour les enfants
1 juin 2017
senelec
Vol de l’électricité : Le préjudice annuel subi par la Senelec évalué à 27 milliards de FCfa
2 juin 2017

Pétrole et gaz : La Banque mondiale accorde près de 17 milliards de FCfa au Sénégal

offshore

La Banque mondiale a décidé d’accorder un crédit de 29 millions de dollars (près de 17 milliards de FCfa) à l’État du Sénégal. L’institution de Breton Woods entend, à travers cette assistance technique, améliorer les capacités institutionnelles de notre pays à négocier les accords dans le secteur des industries extractives.

La Banque mondiale va octroyer un crédit de 29 millions de dollars (17 milliards de FCfa) au Sénégal en vue de renforcer les capacités institutionnelles de notre pays à négocier les accords complexes dans le secteur des industries extractives. Selon le communiqué de la Banque mondiale, cette assistance technique permettra de garantir que les projets de développement sur le gaz et le pétrole sénégalais aient lieu dans un environnement favorable aux investissements du secteur privé alignés sur l’intérêt public. « Les récentes découvertes de pétrole et de gaz sur la côte sénégalaise peuvent mettre le pays sur la voie d’une croissance plus inclusive et plus durable. L’amélioration de la gouvernance du secteur de l’industrie extractive, le renforcement des cadres de régulation et de fiscalité, la promotion d’une plus grande reddition des comptes seront essentiels en vue de garantir que tout le monde profite des richesses des ressources naturelles », a souligné Louise Cord, directrice de la Banque mondiale au Sénégal. « La période entre le moment où les ressources ont été découvertes et celui où une décision a été prise sur la manière de développer ces ressources est essentielle », explique Riccardo Puliti, directeur de Global Practice au Groupe de la Banque mondiale. Il ajoute qu’à travers cette assistance technique, la Banque mondiale compte booster la capacité du gouvernement « à négocier des accords justes » et à « conduire des négociations vers des décisions d’investissements fructueux ».

Le communiqué souligne que la collaboration avec les citoyens, tout au long du processus, sera également « essentielle » pour garantir un développement inclusif et promouvoir la transparence et la reddition des comptes aussi bien du gouvernement que de l’industrie du gaz et du pétrole. La note indique que l’assistance technique prévue renforcera, par conséquent, la capacité du gouvernement à collaborer plus efficacement avec les citoyens et les acteurs majeurs sur les questions liées au développement du gaz et du pétrole.

D. SARR

Source : Le Soleil